La chute des cours du brut, un impact sur le pouvoir d’achat des français

La chute des cours du brut, un impact sur le pouvoir d’achat des français

La chute des cours du brut, un impact sur le pouvoir d’achat des français

La définition la plus basique de la chute des cours du brut est la baisse du prix du baril de pétrole brut.Mais contrairement à ce que l’on aurait tendance à penser, cette baisse ne concerne pas l’unité et le brut lui ne sert pas à définir les caractéristiques du pétrole. Derrière les termesdeux termes baril et brut se cachent en fait des concepts bien plus complexes, qu’il faut nécessairement connaitre pour mieux comprendre ce qu’est plus précisément la chute des cours du brut.

Qu’est-ce que la chute des cours du brut ?

chute-des-cours-du-brut.jpg

Les termes baril et brut reviennent souvent lorsqu’on parle dechute des cours du brut. Le baril ici ne correspond pas à un baril réel, mais plutôt à 159 litres de pétrole. L’utilisation du terme baril remonte au début des années 60. A cette époque, le pétrole était stocké et transporté dans des barils qui étaient initialement prévus pour le stockage et le transport d’alcool, de sel et d’autres produits de la mer comme le hareng ou l’huile de baleine. Ce n’est que plus tard que le baril sera remplacé par les oléoducs, les pétroliers, etc. Jusqu’à aujourd’hui, le terme baril sert d’unité de mesure internationale pour quantifier les stocks de pétroles.
Le brut ici sert de référence. Prendre un type de pétrole brut comme référence est important, car il en existe de nombreux  types dans le monde. Le brut de référence le plus utilisé actuellement est le Brent.
En somme, la chute des cours du brutéquivaut donc à une perte de valeur en bourse d’un baril du brut de référence.

Quelles conséquences a-t-elle ?

quelles-consequences-a-t-elle.jpg

La chute des cours du brutest lourde de conséquences, tant pour les consommateurs que les grandes compagnies pétrolières.
Pour les consommateurs, la conséquence la plus palpable de cettechute des cours du brutest la hausse perpétuelle du prix du gaz et du carburant. Ce qui est loin d’être anodin étant donné que du prix du carburant dépend le prix de nombreux produits et services.
Pour les exploitants, outre la perte de valeur des actions et des titres, la chute des cours du brutentraine le retrait des investisseurs qui jugent le secteur désormais trop risqué.